NINTENDO, PAPA POULE

NINTENDO, PAPA POULE


Nintendo aurait dû être un papa heureux. Il célèbre cette année le 25ème anniversaire de l’une de ses plus formidables progénitures, la surdouée Gameboy ! Alors que l’enfant prodigue a quitté le nid familial depuis longtemps, laissant sa place à ses petites soeurs comme la Gameboy Advance, la Nintendo DS et plus récemment la populaire Nintendo 3DS, papa Nintendo cherche désespérément à faire entrer dans la cour des grandes une autre de ses productions, la petite dernière de la grande famille, la Wii U.

Et pourtant, papa Nintendo tire la langue. Les bulletins scolaires de cette année de la petite Wii U ont montré des résultats exécrables, bien loin des standards de ses ainées. La Wii, sa grande soeur, avait dépassé de loin tous les espoirs placés en elle, et a longtemps caracolé en tête de tous les classements, laissant sur le carreau les élèves rivales. Si la Wii profite aujourd’hui d’une retraite bien méritée, la Wii U, malgré son jeune âge semble à bout de souffle, privée d’un élan porteur, celui-là même qui a permis à la Wii de voguer sur un océan de succès.

MEAN GIRLS

Il faut dire que la Wii U n‘a pas beaucoup de petits copains avec qui jouer. Quand la Wii s’attirait toutes les attentions du lycée, trônant en star dans la cantine, de nombreux prétendants prêts à en découdre ne serait-ce que pour manger à la même table, la Wii U, elle, s’assied tranquillement en fond de salle, à la table des bons derniers. Elle qui aurait pu même être précoce – elle est arrivée au lycée un an avant celles qui lui font désormais de l’ombre. Pauvre Wii U cantonnée au rang des pariahs, dans la jungle qu’est la cour de récré, il faut vite savoir s’entourer, faute de quoi, c’est l’aliénation sociale quasi immédiate et la certitude de se retrouver honteusement reléguée à devenir l’objet de toutes les railleries et moqueries.

Oui, la Wii U est bien victime de cyber bullying, anglicisme méprisant qui ne trouve pas dans la langue du pays franc de traduction exacte. Il revient à dire que la Wii U est maltraitée par ceux qui furent jadis les alliés de sa grande soeur, la Wii. Micromania, EA ou même Ubisoft, pour n’en citer que quelques uns, mènent désormais la fronde anti-Wii U qui anime nos cours d’école et nos forums virtuels. Après le strass et les paillettes, viennent les tomates et godillots bien crades ! Papa Nintendo pensait bien faire pour l’e-reputation de sa dernière en lui accolant le même nom que la surdouée de la famille. Raté, cette proximité nominale ne fait que souligner à quel point les deux soeurs embrassent un destin bien différent. Lady Wii a su s’acoquiner avec un peu tout le monde, ce qui n’a pas toujours fait des heureux, celle-ci proposant des activités ludiques parfois étranges et souvent bien peu dignes des taquins du joystick. On ne compte plus les noms des mauvaises fréquentations que la Wii a collectionnées : Chicken Shoot, Billy the Wizard, Ninjabread Man ou encore Ball of Fury.

La tranquille Wii U, elle, souffre du mal contraire. Personne ne la regarde, elle qui est pourtant généreuse avec ses courbes arrondies et affinées, sa profusion de boutons et son écran supplémentaire. La sauce ne prend pas et malgré tous ses efforts pour adopter une attitude branchée, sa côte de popularité sur les réseaux sociaux tutoie les abîmes. Elle a beau savoir se connecter au monde entier, proposer une plastique irréprochable, manier la technologie innovante du double écran, il lui manque l’essentiel : des petits potes.

WITH A LITTLE HELP FROM MY FRIENDS

Certes, elle garde ses éternels copains, le rondouillet Mario et son bêta de frère, Luigi. Elle a pu compter sur le soutien de l’étrange nigaud sans membres qu’est Rayman, même si lui son gang de gais lurons lui ont vite été infidèles. Certes, les gamins cools du bahut comme Assassin’s Creed et Batman sont venus se montrer à ses côtés, mais cela ressemblait plus à une BA pour la photo de classe qu’à une réelle marque d’affection. C’est du côté des vieilles alliances forgées du temps de l’encore plus âgée Gamecube que la Wii U a pu trouver un peu de répit. Le fidèle Zelda The Wind Waker a fait un passage remarqué à la fête de Noël qu’a organisée la Wii U. Un fête un peu manquée mais qui a vu l’arrivée de beaux noms aux côtés de la mal aimée. Mario et ses potes ont d’ailleurs débarqué en costumes de chat et Donkey Kong a, pour l’occasion, fait sortir de sa retraite tranquille le grand père Kong, lui qui cherchait il y a bien longtemps des noises au papa spirituel de Mario, Jumpman.

Mais tout n’est pas terminé pour la Wii U, qui avant son bac, aura l’occasion de se refaire une beauté grâce à de nouveaux petits copains prêts à entrer en jeu. Super Smash Bros., véritable sex-symbol à l’époque de la Wii, compte bientôt effectuer son retour en grande pompe et semble plus en forme que jamais. Mario Kart 8 déboulera lui dans quelques semaines avec pour mission, entre deux balades dans les rues endormies du Royaume Champignon, de faire jouer du klaxon tout en dérapant pour récupérer sa couronne d’élève casse-coup du lycée que lui avait ravie, selon certains, Sonic & All Stars Racing Transformed. La sorcière envoûtante et ensorcelante de Bayonetta a même forgé un pacte de sang avec la Wii U, lui promettant fidélité et l’assurance d’attirer dans son giron plein de petits copains dits joueurs à la dure, affamés de combos, parades et coups spéciaux. Bien sûr, Zelda, dans des habits flambants neufs, fera également une apparition même si pour l’instant son retour est un secret bien gardé des dieux.

INDEPENDANZA

Là où la Wii U compte tirer son épingle du jeu, c’est lorsqu’elle lorgne de plus en plus du côté des nerds du bahut, les jeux indés. Après avoir fait les beaux jours du gang du PC, les frivoles consoles veulent attirer à elles ces anciens nerds devenus désormais geeks cools et nouveaux rois de la cour de récré. La Wii U l’a compris et a lancé une vaste campagne de séduction pour étoffer sa liste d’amis sur Champibook. Une stratégie malheureusement lancée au mois d’août 2013, en pleines vacances scolaires quand la plupart des gamins du lycée batifolent à la mer ou en rando.

Il faut dire que la Wii U, contrairement à sa grande soeur, n’est pas très douée en communication. Au delà de l’apparente proximité dans le nom que partagent les deux soeurs, la Wii U qui a de vrais arguments pour elle, ne semble pas à l’aise avec son image. Tonton Iwata, sobriquet affectueux du meilleur ami de papa Nintendo, s’évertue à venir chercher la malheureuse à l’école ou pis encore, l’embarrasse même sur les « ô combien » importants réseaux sociaux où il publie des podcasts vidéos qu’il veut croire branchés… ce qui n’est pas le cas. Il veut simplement aider mais petite Wii U devra surtout voler de ses propres ailes, ne comptant que sur elle et ses plus fidèles alliés pour remonter la dure pente de la popularité. Alors elle pourra peut-être compter sur le soutien de nouveaux petits copains de jeu ! Et papa Nintendo pourra de nouveau bomber le torse lorsqu’il évoque sa petite dernière. C’est tout le mal qu’on leur souhaite !